Bénédiction à l'écurie

Bénédiction à l'écurie qui n'a pas été vue

Par Sœur Ardyce Nordeen

Nous y étions depuis près d'une heure et demie, cinq ou six adultes, une quinzaine d'enfants et moi. Notre projet était d'enregistrer en vidéo un spectacle de la nativité pour une production télévisée. Je voulais que le segment dure environ cinq ou six minutes, mais fidèle à la forme, il fallait dix fois plus de temps pour l'enregistrer. Non pas que les enfants se conduisaient mal; c'était juste une question de technologie et de « mise en scène » des groupes d'enfants de 5 à 10 ans vraiment prêts pour une pause goûter. Oh, et un beau petit garçon de dix semaines qui avait eu à peu près assez de temps de caméra pour une nuit.

Comme nous n'enregistrions pas de son, je pouvais parler aux enfants depuis la ligne de touche lorsqu'ils se mettaient en place. Je disais des choses comme : « Bergers, approchez-vous de la crèche » ou « Anges, n'oubliez pas de sourire ; c'est un moment heureux. J'ai rappelé aux trois rois de regarder le bébé avant de déposer leurs cadeaux et je les ai entraînés à s'agenouiller parce qu'ils étaient sages et savaient que ce bébé était Jésus, le Messie, le Sauveur du monde.

À un moment donné, alors que les enfants faisaient la queue pour continuer encore une fois, je me suis retrouvé à leur dire que les gens qui avaient vu le nouveau-né Prince de la Paix cette nuit-là avaient dû l'attendre longtemps aussi. Et puis, puisque je suis enseignant, j'ai poursuivi en disant que nous l'attendons à nouveau, mais cette fois, il ne viendra pas en tant que bébé et tout le monde se prosternera devant lui. Ils m'ont regardé sans rien dire pendant plusieurs secondes, puis nous sommes retournés à notre session d'enregistrement.

Finalement, nous l'avons appelé "fait" et j'ai dit aux enfants d'enlever leurs costumes et de les laisser sur les tables avant de partir. Un garçon, qui avait été l'un des rois, m'a tendu sa trop grande robe violette et m'a dit : « Nous y étions. J'ai pointé derrière lui notre plateau et j'ai dit: "Tu veux dire là-bas?" "Non," répondit-il, "je veux dire que nous étions vraiment là. Comme si une petite partie de ces gens était descendue en nous, alors j'étais vraiment là, comme un roi, m'inclinant.

Je me suis rappelé à quel point il était immobile alors qu'il était agenouillé devant notre jeune Mary et le bébé. Et à cet instant, j'ai su ! Cela n'avait pas été qu'une séance d'enregistrement vidéo pour lui ; pendant quelques instants fugaces, son Esprit avait ressenti la crainte de cette Sainte Nuit. Il connaissait dans son cœur l'émerveillement de l'adoration aux pieds du Maître !

Comme c'est incroyable ! Je pensais que nous n'enregistrions que des enfants adorables pour que les familles de l'Église puissent en profiter. Mais Dieu voulait dire qu'il s'agissait d'un moment de témoignage et d'assurance dans au moins la vie d'un enfant. Et dans le mien. Quel Dieu puissant nous servons !

Publié dans