Consommation ostentatoire : Thorstein Veblen au 21e siècle

CONSOMMATION VISIBLE : THORSTEIN VEBLEN AU 21E SIÈCLE

par Henry H. Goldman, historien de l'église Remnant

"... et... dans les dépenses privées..., mettez en pratique active le principe du sacrifice et de la répression des besoins inutiles..." (D & A 130:7d, 14 avril 1913)

Récemment, L'étoile de Kansas City a publié un long article sur un animateur de radio local et populaire qui écrit également pour le Appel de Kansas City. Le Appel est un journal hebdomadaire au service de la communauté afro-américaine. Le monsieur est un orateur très respecté, panéliste à la télévision publique régionale et étudiant en jazz. Il a été interviewé par le ÉtoileLa rédactrice en chef, Mme Cindy Hoedel. Mme Hoedel lui a demandé son avis sur une variété de sujets, tant locaux que nationaux, dont l'un touchait à sa façon de s'habiller. Mme Hoedel a déclaré: «… vous vous habillez toujours comme si vous étiez prêt à prendre la ville d'assaut. Pourquoi aimes-tu te déguiser ? En fait, son article s'intitulait « Plaidoyer, activisme et 300 bons costumes ».

Il a répondu : « Il n'y a rien de tel qu'un bon costume. Ça a l'air bien, ça fait du bien. Lorsque vous portez de beaux vêtements, les gens réagiront plus positivement à votre égard. Parfois, nous avons des dimanches décontractés à l'église, mais je mets toujours un costume et une cravate.

« Combien de costumes possédez-vous ? » demanda l'intervieweur. « J'ai environ 300 costumes et 400 cravates. J'en ai fait beaucoup [costumes]. Je peux sortir de la ville une fois par an pour assister à la convention législative annuelle du Congressional Black Caucus à Washington, DC Il y a un gars de Cleveland qui fait des costumes [qui] est toujours là. Il est toujours content de me voir parce qu'il sait [que] je vais acheter cinq ou dix costumes.

Il me semble que ce monsieur est un modèle vivant de ce que Thorstein Veblen appelait, à la fin du XIXe siècle, consommation ostentatoire, ou ce que nous pourrions appeler désirs inutiles. Veblen a écrit : « Une partie de la classe [des loisirs], principalement les personnes dont l'occupation est un loisir par procuration, vient entreprendre une nouvelle gamme subsidiaire de tâches - la consommation par procuration de biens. La forme la plus évidente sous laquelle cette consommation se produit est le port de livrées et l'occupation de spacieux quartiers de domestiques.

J'ai aussi un grand nombre de costumes : trois, dont aucun n'a été fait sur commande et tous ont plus de trois ans et ont été achetés dans un magasin discount. Je pensais que j'avais atteint ma place dans la vie et que j'étais maintenant membre de la "classe des loisirs". Mais, j'ai un pour cent du nombre de costumes que possède la personne interrogée, et moins que ce pourcentage de cravates.

Peut-être devrions-nous donner à ce monsieur une copie du Doctrine et Alliances avec l'article 130:7d, clairement indiqué.

_________________________________

1. Thorstein Veblen.  La théorie de la classe de loisir : une étude économique des institutions. New York: Modern Library Edition, 1934, pp. 68-101.

Publié dans