Cours 3

Cours 3

Conférence 3:1a Dans la deuxième conférence, il a été montré comment il se faisait que la connaissance de l'existence de Dieu est venue dans le monde, et par quel moyen les premières pensées ont été suggérées à l'esprit des hommes qu'un tel être existait réellement ;

Lecture 3: 1b et que c'était en raison de la connaissance de son existence qu'il y avait une fondation posée pour l'exercice de la foi en lui, en tant que seul être en qui la foi pouvait se centrer pour la vie et le salut.

Lecture 3:1c Car la foi ne pouvait pas se centrer sur un être dont nous n'avions aucune idée de l'existence, parce que l'idée de son existence en premier lieu est essentielle à l'exercice de la foi en lui.

Conférence 3:1d Rom. 10:14 (Version inspirée)å, "Comment invoqueront-ils donc celui en qui ils n'ont pas cru? et comment croiront-ils en celui dont ils n'ont pas entendu parler? et comment entendront-ils sans prédicateur ? (ou un envoyé pour leur dire?).

Lecture 3:1e Ainsi donc, la foi vient en entendant la parole de Dieu Nouvelle Traduction

Lecture 3:2 Remarquons ici que trois choses sont nécessaires pour que tout être rationnel et intelligent puisse exercer sa foi en Dieu, pour la vie et le salut :

Conférence 3:3 Premièrement, l'idée qu'il existe réellement.

Conférence 3:4 Deuxièmement, une idée correcte de son caractère, de ses perfections et de ses attributs.

Conférence 3:5a Troisièmement, une connaissance réelle que le cours de la vie qu'il poursuit est conforme à la volonté de Dieu.

Conférence 3:5b Car sans une connaissance de ces trois faits importants, la foi de tout être raisonnable doit être imparfaite et improductive,

Lecture 3: 5c mais avec cette compréhension, il peut devenir parfait et fructueux, abondant en justice à la louange et à la gloire de Dieu le Père et du Seigneur Jésus-Christ.

Conférence 3:6a Ayant été préalablement mis au courant de la façon dont l'idée de son existence est venue au monde, ainsi que le fait de son existence,

Lecture 3:6b, nous procéderons à l'examen de son caractère, de ses perfections et de ses attributs afin que cette classe puisse voir, non seulement les justes motifs qu'ils ont d'exercer leur foi en lui pour la vie et le salut,

Lecture 3:6c mais les raisons que tout le monde aussi, aussi loin que s'étend l'idée de son existence, peut avoir d'exercer sa foi en lui, le Père de tous les vivants.

Conférence 3:7a Comme nous avons été redevables à une révélation que Dieu a faite de lui-même à ses créatures en premier lieu, pour l'idée de son existence,

Lecture 3:7b de la même manière, nous sommes redevables aux révélations qu'il nous a données pour une compréhension correcte de son caractère, de ses perfections et de ses attributs ;

Lecture 3:7c parce que sans les révélations qu'il nous a données, aucun homme en cherchant ne pourrait découvrir Dieu (Job 11:7-9).

Conférence 3:7d Premier Cor. 2:9-11, "Mais selon qu'il est écrit: L'oeil n'a pas vu, ni l'oreille n'a entendu, ni n'est entré dans le coeur de l'homme, les choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment.

Lecture 3:7e "Mais Dieu nous les a révélés par son Esprit, car l'Esprit sonde toutes choses, oui, les profondeurs de Dieu.

Lecture 3:7f Car quel homme connaît les choses d'un homme, sinon par l'esprit de l'homme qui est en lui? de même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est par l'Esprit de Dieu.”

Lecture 3:8 Ayant dit tout cela, nous procédons à l'examen du caractère que les révélations ont donné à Dieu :

Lecture 3:9a Moïse nous donne le récit suivant dans Exode, 34:6, "Et le Seigneur passa devant lui, et proclama: Le Seigneur, le Seigneur Dieu, miséricordieux et miséricordieux, longanime, et abondant en bonté et en vérité."

Lecture 3: 9b Psaume 103: 6-8, «Le Seigneur exerce la justice et le jugement pour tous ceux qui sont opprimés. Il a fait connaître ses voies à Moïse, ses actes aux enfants d'Israël. Le Seigneur est miséricordieux et miséricordieux, lent à la colère et riche en miséricorde.

Lecture 3: 9c Psaume 103: 17-18, «Mais la miséricorde de l'Éternel est d'éternité en éternité sur ceux qui le craignent, et sa justice sur les enfants de leurs enfants; à ceux qui gardent son alliance, et à ceux qui se souviennent de ses commandements pour les mettre en pratique.

Lecture 3: 9d Psaume 90: 2, "Avant que les montagnes aient été formées, ou que tu aies jamais formé la terre et le monde, même d'éternité en éternité, tu es Dieu."

Conférence 3:9e Héb. 1:10-12, « Et toi, Seigneur, au commencement tu as fondé la terre ; et les cieux sont l'ouvrage de tes mains : ils périront ; mais tu restes; et ils vieilliront tous comme un vêtement; et tu les replieras comme un vêtement, et ils seront changés ; mais tu es le même, et tes années ne passeront pas.

Lecture 3: 9f Jacques 1:17, "Tout don bon et tout don parfait vient d'en haut et descend du Père des lumières, chez qui il n'y a ni variation, ni ombre de changement."

Conférence 3:9g Malachie 3:6, « Car je suis l'Éternel, je ne change pas ; c'est pourquoi vous, fils de Jacob, ne vous êtes pas consumés.

Conférence 3:10a Livre des Commandements, chapitre deux, commençant à la troisième ligne du premier paragraphe : « Car Dieu ne marche pas dans des sentiers tortueux ; il ne tourne ni à droite ni à gauche; il ne s'écarte pas non plus de ce qu'il a dit ; c'est pourquoi ses sentiers sont étroits et sa course est une ronde éternelle » (Doctrine et Alliances 2:1a-c).å

Conférence 3: 10b Livre des Commandements, chapitre 37: 1, "Écoutez la voix du Seigneur votre Dieu, même Alpha et Oméga, le commencement et la fin, dont le cours est un tour éternel, le même aujourd'hui qu'hier et pour toujours" (Doctrine et Alliances 34:1).å

Lecture 3:11a Nombres 23:19, « Dieu n'est pas un homme pour mentir ; ni le fils de l'homme, qu'il se repente.

Lecture 3:11b Premier Jean 4:8, « Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu ; car Dieu est amour.

Lecture 3:11c Actes 10:34-35, "Alors Pierre ouvrit la bouche, et dit: En vérité, je vois que Dieu ne fait pas acception de personnes; mais en toute nation celui qui le craint et pratique la justice est agréé avec lui."

Conférence 3:12 Des témoignages précédents, nous apprenons les choses suivantes concernant le caractère de Dieu :

Conférence 3:13 Premièrement, qu'il était Dieu avant la création du monde, et le même Dieu qu'il était après sa création.

Lecture 3:14 Deuxièmement, qu'il est miséricordieux et miséricordieux, lent à la colère, abondant en bonté, et qu'il l'était depuis l'éternité, et le sera jusqu'à l'éternité.

Conférence 3:15 Troisièmement, qu'il ne change pas, il n'y a pas non plus de variabilité avec lui; mais qu'il est le même d'éternité en éternité, étant le même hier aujourd'hui et éternellement ; et que son parcours est un tour éternel, sans variation.

Conférence 3:16 Quatrièmement, qu'il est un Dieu de vérité et qu'il ne peut pas mentir.

Lecture 3:17 Cinquièmement, qu'il ne fait acception de personne, mais qu'en toute nation celui qui craint Dieu et pratique la justice lui est agréable.

Conférence 3:18 Sixièmement, qu'il est amour.

Conférence 3:19a Une connaissance de ces attributs dans le caractère divin est essentiellement nécessaire, afin que la foi de tout être rationnel puisse se centrer en lui pour la vie et le salut.

Lecture 3:19b Car s'il ne croyait pas en premier lieu qu'il était Dieu, c'est-à-dire le créateur et le défenseur de toutes choses, il ne pourrait pas centrer sa foi en lui pour la vie et le salut;

Lecture 3:19c de peur qu'il n'y ait un plus grand que lui, qui déjouerait tous ses plans; et lui, comme les dieux des païens, serait incapable de tenir ses promesses ;

Lecture 3:19d mais vu qu'il est Dieu au-dessus de tous, d'éternité en éternité, le créateur et le défenseur de toutes choses, une telle crainte ne peut exister dans l'esprit de ceux qui placent leur confiance en lui, de sorte qu'à cet égard leur foi puisse être sans hésitation.

Lecture 3:20a Mais deuxièmement, à moins qu'il ne soit miséricordieux et gracieux, lent à la colère, longanime et plein de bonté, telle est la faiblesse de la nature humaine, et si grandes les fragilités et les imperfections des hommes, qu'à moins qu'ils ne croient que ces excellences existaient dans le caractère divin, la foi nécessaire au salut ne pouvait exister ;

Lecture 3:20b car le doute prendrait la place de la foi, et ceux qui connaissent leur faiblesse et leur capacité à pécher seraient dans un doute constant du salut, s'il n'y avait pas l'idée qu'ils ont de l'excellence du caractère de Dieu , qu'il est lent à la colère, et longanime, et d'un tempérament indulgent, et qu'il pardonne l'iniquité, la transgression et le péché.

Conférence 3:20c Une idée de ces faits écarte le doute et rend la foi extrêmement forte.

Lecture 3:21a Mais il est tout aussi nécessaire que les hommes aient l'idée qu'il est un Dieu qui ne change pas, pour avoir foi en lui, qu'il est nécessaire d'avoir l'idée qu'il est gracieux et longanime.

Conférence 3:21b Car sans l'idée d'immuabilité dans le caractère de la Divinité, le doute prendrait la place de la foi.

Lecture 3:21c Mais avec l'idée qu'il ne change pas, la foi s'empare des excellences de son caractère avec une confiance inébranlable, croyant qu'il est le même hier, aujourd'hui et éternellement, et que sa course est une ronde éternelle.

Lecture 3:22a Et encore, l'idée qu'il est un Dieu de vérité et qu'il ne peut pas mentir, est tout aussi nécessaire à l'exercice de la foi en lui, que l'idée de son immuabilité.

Lecture 3:22b Car sans l'idée qu'il était un Dieu de vérité et qu'il ne pouvait pas mentir, la confiance nécessaire à placer en sa parole pour exercer la foi en lui ne pourrait exister.

Lecture 3:22c Mais ayant l'idée qu'il n'est pas un homme qu'il peut mentir, cela donne le pouvoir à l'esprit des hommes d'exercer la foi en lui.

Lecture 3:23a Mais il faut aussi que les hommes aient l'idée qu'il ne fait pas acception de personnes.

Lecture 3:23b car avec l'idée de toutes les autres excellences dans son caractère, et celle-ci manquant, les hommes ne pourraient pas exercer la foi en lui, parce que s'il faisait acception de personnes, ils ne pourraient pas dire quels étaient leurs privilèges, ni comment loin ils étaient autorisés à exercer leur foi en lui, ou s'ils étaient autorisés à le faire du tout, mais tout doit être confusion;

Lecture 3:23c mais à peine l'esprit des hommes est-il familiarisé avec la vérité sur ce point (qu'il ne fait acception de personne), qu'ils voient qu'ils ont l'autorité par la foi de s'emparer de la vie éternelle, le bienfait le plus riche de ciel, parce que Dieu ne fait acception de personne, et que chaque homme dans chaque nation a un privilège égal.

Lecture 3:24a Et enfin, mais non moins important pour l'exercice de la foi en Dieu, est l'idée qu'il est amour;

Lecture 3:24b car avec toutes les autres excellences de son caractère, sans celle-ci pour les influencer, ils ne pourraient pas avoir une si puissante domination sur l'esprit des hommes ;

Lecture 3:24c mais quand l'idée est plantée dans l'esprit qu'il est amour, qui ne peut pas voir le juste fondement que les hommes de toute nation, parenté et langue doivent exercer la foi en Dieu afin d'obtenir la vie éternelle ?

Conférence 3:25 D'après la description ci-dessus du caractère de la Divinité qui est donnée parå lui dans les révélations aux hommes, il y a un fondement sûr pour l'exercice de la foi en lui parmi tous les peuples, nations et familles, d'âge en âge , et de génération en génération.

Conférence 3:26a Observons ici que ce qui précède est le caractère qui est donné de Dieu dans ses révélations aux anciens saints des jours, et c'est aussi le caractère qui est donné de lui dans ses révélations aux saints des derniers jours, de sorte que les saints des anciens jours et ceux des derniers jours sont tous les deux semblables à cet égard ;

Conférence 3:26b les saints des derniers jours ayant autant de bonnes raisons d'exercer leur foi en Dieu que les anciens saints des jours, parce que le même caractère est donné de lui aux deux.

Questions du cours 3

1. Qu'est-ce qui a été montré dans la deuxième conférence ?

Il a été montré comment la connaissance de l'existence de Dieu est venue dans le monde (Lecture 3:1).

2. Quel est l'effet de l'idée de son existence parmi les hommes ?

Cela pose les bases de l'exercice de la foi en lui (Lecture 3:1).

3. L'idée de son existence est-elle, en premier lieu, nécessaire à l'exercice de la foi en lui ?

C'est (Leçon 3:1).

4. Comment le prouver ?

Par le 16ème chapitre 10thå aux Romains et le verset 14 (Leçon 3:1).

5. Combien de choses devons-nous comprendre, concernant la Divinité et notre relation avec lui, afin que nous puissions exercer la foi en lui pour la vie et le salut ?

Trois (Leçon 3:2).

6. Quels sont-ils ?

un. Premièrement, que Dieu existe réellement;

b. deuxièmement, des idées correctes de son caractère, de ses perfections et de ses attributs ;

c. et troisièmement, que la voie que nous suivons est selon son esprit et sa volonté (Lecture 3:3-5).

7. L'idée d'une ou deux des choses mentionnées ci-dessus permettrait-elle à une personne d'exercer sa foi en Dieu ?

Ce ne serait pas le cas, car sans l'idée de tous, la foi serait imparfaite et improductive (Lecture 3:5).

8. Une idée de ces trois choses constituerait-elle un fondement sûr pour l'exercice de la foi en Dieu, afin d'obtenir la vie et le salut ?

Ce serait; car par l'idée de ces trois choses, la foi pouvait devenir parfaite et fructueuse, abondante en justice à la louange et à la gloire de Dieu (Leçon 3:5).

9. Comment devons-nous être mis au courant des choses mentionnées ci-dessus concernant la Divinité et nous respectant nous-mêmes ?

Par révélation (Leçon 3:6).

10. Ces choses pourraient-elles être découvertes par un autre moyen que par révélation ?

Ils ne pouvaient pas.

11. Comment le prouver ?

Par les Ecritures: (Job 11:7-9; 1 Corinthiens 2:9-11 (Lecture 3:7).

12. Quelles choses apprenons-​nous dans les révélations de Dieu concernant son caractère ?

un. Nous apprenons les six choses suivantes :

b. Premièrement, qu'il était Dieu avant la création du monde, et le même Dieu qu'il était après sa création.

c. Deuxièmement, qu'il est miséricordieux et miséricordieux, lent à la colère, abondant en bonté, et qu'il l'était depuis l'éternité, et le sera jusqu'à l'éternité.

ré. Troisièmement, qu'il ne change pas, qu'il n'y a pas non plus de variabilité en lui, et que sa course est une ronde éternelle.

e. Quatrièmement, qu'il est un Dieu de vérité et qu'il ne peut pas mentir.

F. Cinquièmement, qu'il ne fait acception de personne ;

g. et sixièmement, qu'il est amour (Lecture 3:12-18).

13. Où trouvez-vous les révélations qui nous donnent cette idée du caractère de la Divinité ?

Dans la Bible et le Livre des Commandements Doctrine et Alliances å et ils sont cités dans la troisième conférence (Lecture 3:9-11).

14. Quel effet cela aurait-il sur un être rationnel de ne pas avoir l'idée que le Seigneur est Dieu, le créateur et le défenseur de toutes choses ?

Cela l'empêcherait d'exercer sa foi en lui pour la vie et le salut.

15. Pourquoi cela l'empêcherait-il d'exercer sa foi en Dieu ?

Parce qu'il serait comme les païens, ne sachant pas qu'il pourrait y avoir un être plus grand et plus puissant que lui ; et ainsi il sera empêché d'accomplir Ses promesses (Lecture 3:19).

16. Cette idée prévient-elle ce doute ?

Cela fait; car les personnes ayant cette idée sont ainsi rendues capables d'exercer la foi sans ce doute (Lecture 3:19).

17. Ne faut-il pas aussi avoir l'idée que Dieu est miséricordieux et miséricordieux, longanime et plein de bonté ?

C'est (Leçon 3:20).

18. Pourquoi est-ce nécessaire ?

un. A cause de la faiblesse et des imperfections de la nature humaine, et des grandes fragilités de l'homme ;

b. car telle est la faiblesse de l'homme, et ses fragilités, qu'il est susceptible de pécher continuellement, et si Dieu n'était pas longanime et plein de compassion, miséricordieux et miséricordieux, et d'un tempérament indulgent, l'homme serait retranché de avant lui;

c. en conséquence de quoi il serait dans un doute continuel et ne pourrait pas exercer la foi ;

ré. car là où est le doute, là la foi n'a pas de pouvoir ;

e. mais en croyant que Dieu est plein de compassion et de pardon, patient et lent à la colère, il peut exercer la foi en lui et surmonter le doute, de manière à être extrêmement fort (Lecture 3:20).

19. N'est-il pas tout aussi nécessaire que l'homme ait l'idée que Dieu ne change pas, et qu'il n'y a pas non plus de variabilité en lui, afin d'exercer la foi en lui pour la vie et le salut ?

un. Il est; parce que sans cela, il ne saurait pas combien de temps la miséricorde de Dieu pourrait se changer en cruauté, sa longanimité en témérité, son amour en haine, et en conséquence de quoi le doute l'homme serait incapable d'exercer la foi en lui ;

b. mais ayant l'idée qu'il est immuable, l'homme peut avoir continuellement foi en lui, croyant que ce qu'il était hier, il l'est aujourd'hui et le sera pour toujours (Leçon 3:2l).

20. N'est-il pas nécessaire aussi que les hommes aient l'idée que Dieu est un être de vérité, avant qu'ils puissent avoir une foi parfaite en lui ?

un. Il est; car si les hommes n'avaient pas cette idée, ils ne pouvaient avoir confiance en sa parole, et ne pouvant avoir confiance en sa parole, ils ne pouvaient avoir foi en lui ;

b. mais croyant qu'il est un Dieu de vérité, et que sa parole ne peut faillir, leur foi peut reposer en lui sans aucun doute (Lecture 3:22).

21. L'homme pouvait-il exercer sa foi en Dieu afin d'obtenir la vie éternelle s'il ne croyait pas que Dieu ne faisait acception de personne ?

Il ne pouvait pas; parce que sans cette idée, il ne pouvait certainement pas savoir que c'était son privilège de le faire, et en conséquence de ce doute, sa foi ne pouvait pas être suffisamment forte pour le sauver (Lecture 3:23).

22. Serait-il possible à un homme d'exercer sa foi en Dieu, afin d'être sauvé, s'il n'avait pas l'idée que Dieu est amour ?

Il ne pouvait pas; car l'homme ne pouvait pas aimer Dieu s'il n'avait pas l'idée que Dieu était amour, et s'il n'aimait pas Dieu, il ne pouvait pas avoir foi en lui (Leçon 3:24).

23. Quelle est la description que les écrivains sacrés donnent du caractère de la Divinité censée faire ?

Il est calculé pour jeter les bases de l'exercice de la foi en lui, dans la mesure où la connaissance s'étend à tous les peuples, langues, langues, familles et nations - et cela d'âge en âge et de génération en génération (Conférence 3 : 25).

24. Le caractère que Dieu s'est donné est-il uniforme ?

Il est; dans toutes ses révélations, que ce soit aux anciens saints des jours ou aux saints des derniers jours, afin qu'ils aient tous l'autorité d'exercer leur foi en lui et de s'attendre, par l'exercice de leur foi, à jouir des mêmes bénédictions (Lecture 3:26 ).

Bibliothèque des Ecritures :

Astuce de recherche

Tapez un seul mot ou utilisez des guillemets pour rechercher une phrase entière (par exemple "car Dieu a tant aimé le monde").

scripture

Pour des ressources supplémentaires, veuillez visiter notre Ressources pour les membres page.